Soin de Vie(s): Garçon de 12 ans en Amérique Latine : blessure de séparation et insécurité

Dernière mise à jour : 11 sept. 2020


Mes soins énergétiques racontés : Soin de Vie(s): Garçon de 12 ans en Amérique Latine : blessure de séparation et insécurité


Un rituel est lancé quarante minutes avant le soin, afin de vous relier à l’énergie du quartz rutile, de l’aegirine et du quartz rose. Les énergies présentes sont centrées sur tous vos chakras, mais particulièrement sur votre chakra du cœur, votre chakra du plexus solaire et votre 3ème œil, et soutiennent une transition globale ainsi qu’une ouverture de votre 3ème œil et un développement de votre discernement. Je ressens également une guérison de votre Féminin Divin ainsi qu’une alchimie au niveau de votre chakra sacré qui se lance dès le début de ce rituel. Durant ma préparation d’avant-soin, je vous vois être préparée par votre équipe qui entoure votre corps allongé en apesanteur dans un cosmos étoilé.


Lorsque je vous rejoins à l’heure du soin, vous êtes toujours allongée dans ce cosmos étoilé, placée dans une grande bulle fluide d’énergie blanche. Un large faisceau d’énergie blanche lui aussi tourne sur lui-même en mouvement hélicoïdal le long de toute votre colonne énergétique. Votre 3ème œil est illuminé de blanc et votre chakra coronal est ouvert en corolle violette. L’énergie qui se dégage de vous est totalement immobile, votre Conscience paraît absente, c’est comme si vous n’étiez pas là et non-actrice. Il y a beaucoup de monde qui vous entoure, plusieurs de vos guides spirituels mais également des êtres stellaires et des êtres de vos familles d’âmes. La plupart d’entre eux se reculent soudain de plusieurs mètres en arrière, et il reste alors deux de vos guides à vos côtés, un homme à l’énergie blanche aux reflets bleutés et une femme à l’énergie blanche aux reflets violacés.


La femme lève ses deux mains vers les hauteurs tandis que la bulle blanche qui vous entoure se teinte de violet, et j’entends mon équipe me préciser : « Le début de transition est lancé ». Cette bulle prend en ensuite en expansion, et un large mouvement de tourbillon commence à se former au cœur de celle-ci, traversant tout votre corps et votre aura. Votre chakra du cœur s’illumine et s’ouvre alors d’une traite, et votre corps allongé montre un mouvement de convulsion, tandis que vous ouvrez la bouche pour prendre une bouffée d’oxygène. Je ressens une forte alchimie qui prend forme dans tout votre corps, et ma température intérieure commence à grimper. Je ressens les larges mouvements amples et souples de ce tourbillon violet qui vous traverse chacun de vos corps et de vos cellules en continu… Puis, je suis plongée dans votre chakra du plexus solaire et tombe dans un vortex d’énergie violette durant un moment… Jusqu’à arriver dans l’une de vos autres vies.


Je suis alors un jeune garçon de 12 ans en Amérique Latine, entrain de jouer avec un ballon dehors sur un coin d’herbe. Autour de moi plusieurs habitations faites avec de larges bouts de taule et du matériel récupéré. J’habite une sorte de camp, de bidonville. Je considère intérieurement ma communauté comme étant nomade, car nous sommes régulièrement expulsés des endroits que nous nous trouvons pour vivre, et sommes donc amenés à changer de lieu de vie régulièrement et à vivre sans attache.


Je cours tout en donnant des coups de pieds dans le ballon et passe devant notre feu de camp éteint. Il y a des bouts de taule, des tonneaux, de la ferraille entassée de-ci de-là entre les habitations, et la communauté fait sa vie comme habituellement. J’arrive sur un autre bout d’herbe de l’autre côté du camp, et en face de moi se trouve un grillage, troué à plusieurs endroits près du sol. Derrière ce grillage, des herbes et un chemin menant sur une grande colline où je peux voir toutes les habitations des gens qui ne sont pas de notre classe sociale. En continuant ma course, j’aperçois soudain une petite fille brune avec deux grandes couettes, qui me regarde en souriant derrière ce grillage. Je la connais et je l’aime beaucoup. Au moment où je l’aperçois je ressens une grande douceur qui s’installe dans mon intérieur qui n’est pas présente habituellement, c’est comme si mon cœur s’ouvrait d’un coup et se laisser pénétrer d’amour.


Je prends mon ballon dans les mains et la rejoins en passant par un trou dans le grillage. Nous suivons tous les deux le chemin à travers les herbes et allons jouer dans les rues de la « ville », entre les habitations. Nous échangeons beaucoup de rires et de sourires, je suis alors uniquement dans mon innocence d’enfant, celle que je ne vis jamais dans ma communauté, dans ma vie habituelle et insécure. Je me sens bien, léger, et je ressens même ces « papillons dans le ventre » qui me rendent heureux. Nous passons l’après-midi à nous balader, nous courir après et nous amuser. La journée passe et la nuit commence à tomber, elle doit rentrer chez elle et donc moi aussi.


Je re-rentre au camp où le feu est allumé,