• La Lueur d'étoile

Soin de Vie(s): Garçon de 12 ans en Amérique Latine : blessure de séparation et insécurité

Mis à jour : il y a 7 jours



Un rituel est lancé quarante minutes avant le soin, afin de vous relier à l’énergie du quartz rutile, de l’aegirine et du quartz rose. Les énergies présentes sont centrées sur tous vos chakras, mais particulièrement sur votre chakra du cœur, votre chakra du plexus solaire et votre 3ème œil, et soutiennent une transition globale ainsi qu’une ouverture de votre 3ème œil et un développement de votre discernement. Je ressens également une guérison de votre Féminin Divin ainsi qu’une alchimie au niveau de votre chakra sacré qui se lance dès le début de ce rituel. Durant ma préparation d’avant-soin, je vous vois être préparée par votre équipe qui entoure votre corps allongé en apesanteur dans un cosmos étoilé.


Lorsque je vous rejoins à l’heure du soin, vous êtes toujours allongée dans ce cosmos étoilé, placée dans une grande bulle fluide d’énergie blanche. Un large faisceau d’énergie blanche lui aussi tourne sur lui-même en mouvement hélicoïdal le long de toute votre colonne énergétique. Votre 3ème œil est illuminé de blanc et votre chakra coronal est ouvert en corolle violette. L’énergie qui se dégage de vous est totalement immobile, votre Conscience paraît absente, c’est comme si vous n’étiez pas là et non-actrice. Il y a beaucoup de monde qui vous entoure, plusieurs de vos guides spirituels mais également des êtres stellaires et des êtres de vos familles d’âmes. La plupart d’entre eux se reculent soudain de plusieurs mètres en arrière, et il reste alors deux de vos guides à vos côtés, un homme à l’énergie blanche aux reflets bleutés et une femme à l’énergie blanche aux reflets violacés.


La femme lève ses deux mains vers les hauteurs tandis que la bulle blanche qui vous entoure se teinte de violet, et j’entends mon équipe me préciser : « Le début de transition est lancé ». Cette bulle prend en ensuite en expansion, et un large mouvement de tourbillon commence à se former au cœur de celle-ci, traversant tout votre corps et votre aura. Votre chakra du cœur s’illumine et s’ouvre alors d’une traite, et votre corps allongé montre un mouvement de convulsion, tandis que vous ouvrez la bouche pour prendre une bouffée d’oxygène. Je ressens une forte alchimie qui prend forme dans tout votre corps, et ma température intérieure commence à grimper. Je ressens les larges mouvements amples et souples de ce tourbillon violet qui vous traverse chacun de vos corps et de vos cellules en continu… Puis, je suis plongée dans votre chakra du plexus solaire et tombe dans un vortex d’énergie violette durant un moment… Jusqu’à arriver dans l’une de vos autres vies.


Je suis alors un jeune garçon de 12 ans en Amérique Latine, entrain de jouer avec un ballon dehors sur un coin d’herbe. Autour de moi plusieurs habitations faites avec de larges bouts de taule et du matériel récupéré. J’habite une sorte de camp, de bidonville. Je considère intérieurement ma communauté comme étant nomade, car nous sommes régulièrement expulsés des endroits que nous nous trouvons pour vivre, et sommes donc amenés à changer de lieu de vie régulièrement et à vivre sans attache.


Je cours tout en donnant des coups de pieds dans le ballon et passe devant notre feu de camp éteint. Il y a des bouts de taule, des tonneaux, de la ferraille entassée de-ci de-là entre les habitations, et la communauté fait sa vie comme habituellement. J’arrive sur un autre bout d’herbe de l’autre côté du camp, et en face de moi se trouve un grillage, troué à plusieurs endroits près du sol. Derrière ce grillage, des herbes et un chemin menant sur une grande colline où je peux voir toutes les habitations des gens qui ne sont pas de notre classe sociale. En continuant ma course, j’aperçois soudain une petite fille brune avec deux grandes couettes, qui me regarde en souriant derrière ce grillage. Je la connais et je l’aime beaucoup. Au moment où je l’aperçois je ressens une grande douceur qui s’installe dans mon intérieur qui n’est pas présente habituellement, c’est comme si mon cœur s’ouvrait d’un coup et se laisser pénétrer d’amour.


Je prends mon ballon dans les mains et la rejoins en passant par un trou dans le grillage. Nous suivons tous les deux le chemin à travers les herbes et allons jouer dans les rues de la « ville », entre les habitations. Nous échangeons beaucoup de rires et de sourires, je suis alors uniquement dans mon innocence d’enfant, celle que je ne vis jamais dans ma communauté, dans ma vie habituelle et insécure. Je me sens bien, léger, et je ressens même ces « papillons dans le ventre » qui me rendent heureux. Nous passons l’après-midi à nous balader, nous courir après et nous amuser. La journée passe et la nuit commence à tomber, elle doit rentrer chez elle et donc moi aussi.


Je re-rentre au camp où le feu est allumé, autour duquel sont assis deux hommes, et ma mère se tient debout à côté d’eux et leur parle. Elle me voit et rouspète un peu en levant sa main au ciel, mais repart aussitôt dans notre cabane sans trop prêter attention à moi. Je vais lui réclamer quelque chose à manger, et vais ensuite me coucher sur mon « lit » à même le sol. Je suis réveillé le matin par beaucoup de bruit. Des hommes qui parlent fort, des femmes qui crient, des bruits de taule... Je me lève et sort devant la porte. Nous sommes entrain de nous faire expulser. Des hommes de la milice sont entrain de détruire notre camp, de casser tout ce qu’ils trouvent sur leur chemin, de jeter des objets au feu. Ma mère est dehors et court vers moi lorsqu’elle me voit. Elle me fait rentrer, et dans un mouvement de panique me fait prendre des sacs afin d’embarquer en vitesse tout ce que l’on peut prendre avec nous. Je n’ai pas vraiment peur car je suis habitué à fuir et préparé à cette idée, cette insécurité fait partie de ma vie.


Pourtant cette fois, ce n’est pas comme les autres fois. Mon abdomen et ma cage thoracique se crispent soudain intensément lorsque je pense à cette petite fille que je ne reverrai pas. Habituellement je n’ai pas d’attache au lieu dans lequel nous sommes installés. Mais ici ce n’est pas le cas, ce lieu représente ce lien que j’ai avec cette petite fille qui me rend léger et heureux. Celle qui me permet de ressentir ce que je ne ressens pas dans ma vie au sein de ma communauté, celle qui me sort de l’ennui et de l’errance quotidienne. Ce lien me permet de me découvrir moi, d’avoir accès à une partie innocente et légère de moi à laquelle je ne réussi pas à avoir accès seul ou avec les gens qui m’entourent dans ma vie. En partant de ce lieu, en partant loin d’elle, c’est un accès à une partie de moi que je perds, et que j’ai l’impression que je ne retrouverai jamais. C’est comme si cette petite fille était l’ultime détentrice de cette porte en moi, dont je n’avais moi-même pas la clef. C’est surtout de l’angoisse que je ressens et qui d’un coup m’oppresse l’abdomen et le cœur. Je me sens soudain arraché à ma seule attache, presque à mes racines, à ce lien qui m’amenait de l’oxygène dans mon environnement fermé et non nourrissant. Le départ est alors violent, inattendu, mon corps est soudain lourd et mon mental part dans tous les sens, je ressens de la panique. Je n’ai pas le temps de réfléchir, de me préparer à l’idée, de m’exprimer, et je pars donc dans l’urgence avec ma mère et ma communauté. [La scène se coupe].


Ma vie continuera, j’oublierais progressivement cette déchirure intérieure et je ne retrouverais pas cet accès en moi, cette connexion à mon innocence et à ma vulnérabilité. Je prendrais exemple sur les hommes de mon environnement pour grandir et me forger, je m’occuperais beaucoup du matériel et du « faire » dans la matière. Je m’anesthésierais émotionnellement très insidieusement année après année, sans m’en rendre compte ni le provoquer volontairement. Je me couperais petit à petit de ma sensibilité, de mon cœur, de ma douceur, et je ne retrouverais pas ce même lien d’échanges de cœurs et de partages. Mon énergie, attention et intention seront principalement dans l’analyse mentale, dans le faire et la matière, mais pas dans le cœur et les ressentis. [La scène se coupe].


Je me retrouve alors devant vous qui êtes toujours dans cette bulle violette en mouvements, mais dans laquelle il y une multitude de particules d’énergie saturée qui tourbillonnent. Je ressens soudain une pression au niveau du 3ème œil ainsi que des douleurs au niveau des articulations, particulièrement des poignets. D’un coup, votre colonne énergétique s’ouvre en deux dans sa longueur, et en sort en continu de l’énergie saturée noire, tandis que je perçois des flashs d’images de la vie de ce garçon, qui court dans les herbes en tenant la main de sa mère. Cette libération dure un moment, jusqu’à ce que tout à coup toute l’énergie violette contenant l’énergie saturée soit aspirée d’une traite par la Source, et que vous ouvriez en grand les yeux. Un faisceau d’énergie dorée plonge alors dans votre 3ème œil et prend ensuite en expansion dans tout votre intérieur, tandis que vous refermez les yeux.


J’entends mon équipe dire : « Transmission en cours » (…) « Reprogrammation en cours » (…) « Croyance d’indignité levée » (…) « Charges neuronales renouvelées » (…) « Désactivation des schèmes de pensées » (…) « Intégration gémellaire ». Une bulle d’énergie blanche très lumineuse apparaît autour de vous et un rayon d’énergie dorée vous scanne de la tête aux pieds en continu. Je réentends : « Reprogrammation en cours ». Puis : « Dissociation levée » (…) « Instinct de survie désactivé ». Petit à petit, le rayon qui vous scanne le corps réduit sa vitesse jusqu’à ce que je j’entende : « Données reprogrammées ». J’entends ensuite : « Intégration », et des images de brins d’ADN tournent sous mes yeux durant un long moment, tandis que le rayon d’énergie dorée va de plus en plus lentement…


Le rayon d’énergie doré disparaît et vos cellules se mettent à scintiller de doré dans cette grande bulle blanche lumineuse. J’entends : « Harmonisation fréquentielle ». Mon équipe me précise alors : « Les barrières ont été levées et sa vie n’est plus en danger, son système est dorénavant prêt à fonctionner sans défense pré-enclenchée ». Puis, l’énergie dorée agit encore un moment… Jusqu’à ce qu’elle disparaisse avec la bulle blanche et que votre colonne énergétique ainsi que tous vos chakras s’illuminent. Votre 3ème œil rayonne et votre chakra coronal est alors ouvert en corolle violette. Vos deux guides placent ensuite leurs mains au-dessus de votre chakra du cœur et ferment les yeux. Votre chakra du cœur se met à rayonner de rose, et cette énergie rose prend instantanément en expansion dans toute votre colonne énergétique, tandis qu’une grande vague énergétique vous traverse de la tête aux pieds.


Vos guides retirent ensuite leurs mains et reculent de quelques pas en arrière, tandis que toute votre équipe ainsi que les Êtres qui vous accompagnent se rapprochent, afin de vous entourer en cercle au même niveau que vos deux guides. Tout le monde se donne les mains et ferme les yeux. On me fait comprendre que le soin est terminé. Je vous laisse entourée de tous ces Êtres bienveillants tandis que vous êtes allongée les yeux fermés et l’air serein.


©2018 par La Lueur d'étoile - Tous droits réservés

SIRET : 845 161 884 00018